Mimi Stinguette de retour de l'OPEN GDF-SUEZ de Limoges

Tournoi International de tennis féminin

 

 

Ma réputation n'est plus à faire: entre le tennis et moi, c'est une véritable histoire d'amour. Avec beaucoup de ruptures, malgré tout. Aussi, c'est tout naturellement que j'ai accepté la fabuleuse proposition d'être l'envoyée (très) spéciale de Tennis au Féminin aux côtés de Marie, la bloggeuse Graine de Sportive, pour suivre l'OPEN GDF-SUEZ de Limoges, tournoi international de tennis féminin organisé par GDF-SUEZ.

Samedi 7h30: sur le quai d'Austerlitz

 

Le rendez-vous avec Marie, du blog Graine de Sportive, est fixé à 7h30 sur le quai de la Gare d'Austerlitz. C'est très cruel. Je suis en retard, évidemment. Je cours, évidemment. Je n'ai pas assez dormi, évidemment. Et je la vois au loin: ponctuelle, merveilleusement sportive et avec des baskets incroyables. 

 

Dans ma tête, je me demande si je suis habillée comme il faut, et si je prends soin de mon corps comme il faut, mais je me contente de lui demander d'une toute petite voix s'il me reste assez de temps pour aller me chercher un café. Je n'ai pas réellement besoin de caféine car je suis surexcitée, mais je vois à cet instant mon reflet dans la vitre à ma gauche, et je me dis que je vais peut-être bien en commander un double.

 

Je suis tout sauf timide et rarement à court de mots, mais parfois la vie vous offre ces moments de grâce ressemblant à un départ en colonie de vacances. Vous savez que vous allez très bientôt être vous-même, mais vous êtes l'espace d'un instant une petite chose fragile ne sachant pas quoi dire avec pour seule arme un sourire un peu niais et des banalités à pleurer. 

 

En attendant, deux heures nous séparent de Limoges et nous comptons bien les mettre à profit pour terminer notre nuit. Un grand weekend nous attend.

11h30: arrivée à Limoges

 

Bien réveillées et bien arrivées à la magnifique Gare de Limoges. Et surtout, bien arrivées dans l'incroyable gîte dans lequel nous allons passer la nuit.

 

Nous étions déjà euphoriques de découvrir cet endroit bien avant de réaliser quelques heures plus tard que allions dormir dans le lieu mythique où tous les ans, le bilan de "l'Amour est dans le pré" se déroule sous nos yeux médusés. L'euphorie a alors tout naturellement laissé place à l'hystérie collective. Le mot est faible.

12h30: Arrivée au Palais des Sports

 

Nous voici dans le vif du sujet: en direction du restaurant du Palais des Sports. Face aux choix des desserts, la team de bloggeuses est déjà très soudée. Après la remise de notre badge "Presse" et une visite du site, nous avons pu aller sur le court où l'on nous a indiqué à quelles places nous pourrions nous installer. Nous sommes placées dans le carré VIP des tribunes et sous nos yeux, les championnes échangent des balles.

 

Notre défi Photocall est relevé, le match va commencer. 

On se met en place: pile le temps de nous échauffer.

16h30: Début des Matchs!

 

 

21h30: Fin du match... en route vers le dîner!

 

L'après-midi a été intense, entre adrénaline et vibrations maximales. J'ai tellement faim que je pourrais dévorer une meute. Le fait d'évoluer depuis ces dernières 24 heures dans un monde où le taux de graisse avoisine les zéro ne semble pas m'avoir remise sur le droit chemin. D'autant que parmi les personnes présentes dans l'enceinte du stade, je ne fais pas partie de celles qui ont brûlé le plus de calories, mais passons. J'étais très concentrée, et ça creuse. 

 

Dans notre quête d'un restaurant, c'est dans la fameuse rue de la Boucherie que nous avons trouvé notre bonheur. Un petit resto ultra Limousin avec une carte faisant accélérer d'environ deux fois et demi le flux de salive. Des spécialités, de la Limousine et un coup de coeur du côté des cocktails: cidre et liqueur de châtaignes. En voici deux de commandés! Décidemment, pour les bonnes choses, Marie et moi avons vraiment les mêmes goûts. Sauf que moi, ça se voit.

 

Si je n'ai pas de photos de mon assiette, ce n'est pas par principe. C'est juste que je me suis jetée dessus bien avant de pouvoir même imaginer l'immortaliser. A moins que ça soit pour me donner une bonne excuse d'un jour y retourner?

Dimanche matin: visite de Limoges

 

 

 

Après un excellent petit déjeuner au gîte entre bloggeuses, il est temps de partir à la découverte de Limoges. Au programme:

 

La rue de la Boucherie, l'une des rues les plus pittoresques de Limoges, caractérisée par des petits immeubles à colombages. Elle doit son nom aux nombreux commerces de bouchers qui existaient jadis et qui ont fait sa réputation depuis le Moyen Âge.

 

Les Halles, surplombant le quartier de la Boucherie. Au détour des stands tous plus alléchants les uns que les autres, nous avons trouvé en vrac: de succulents cupcakes qui nous ont été adorablement offerts par la gérante du stand dont nous avons léché toutes les vitres, de la Limousine sous toutes ses formes et un concert dans un bar éphémère avec un public en feu.

 

Le Musée de la porcelaine et de la Céramique. Et bien entendu, nous avons clôturé tout ceci par un petit restaurant de derrière les fagots dans lequel j'ai vu passer à la table d'à côté la côte de boeuf la plus gigantesque de ma vie. 

Dimanche après-midi: de retour sur le court

 

 

 

De retour dans l'enceinte fabuleuse du Palais des Sports, nous voici prêtes à faire vibrer pendant un second après-midi nos pointes de feutres et touches de téléphones. Nous revoici encore plus en forme, encore plus motivées.

Dimanche 23h: Limoges - Paris

 

Toutes les bonnes choses ont une fin, et l'appel de la Gare de Limoges a rapidement dû nous arracher à notre tribune Presse. Deux heures de train et 15 minutes de retard plus tard, nous voici nous promettant de nous revoir vite sur le quai de la Gare d'Austerlitz qui a vu 48 heures auparavant deux inconnues se dire bonjour pour la première fois. Je repense à ma sensation de l'aller, et me rends compte que je ne me suis pas trompée: voilà que nous sommes rentrées de colo. 

 

Pour ces moments incroyables, je remercie mille fois Tennis au féminin et GDF-SUEZ de leur confiance. J'ai passé en couvrant cet évènement un weekend hors du temps et j'ai adoré découvrir les coulisses d'un Open International de tennis. Je remercie également Marie, bloggeuse Graine de Sportive pour son indulgence à mon égard en répondant à chacune de mes questions sorties de nulle part, et pour son rire fort et franc à chacune de mes blagues. Marie, tu as été parfaite et je te remercie pour tout. Mais je n'oublierai jamais que tu m'as laissé le pigeonnier :)

 

Enfin, je remercie mille fois toutes les personnes qui ont suivi ce weekend heure par heure, minute par minute, dessin par dessin. Une chose est sûre: je ne sais pas si j'ai envie de me remettre au tennis, mais il est urgent que je me remette au dessin.